Par Victor-Olivier Hamel-Morasse, psychologue

________________

Au départ, je voulais écrire un texte sur les mécanismes de la psychothérapie et tenter de vous expliquer comment et pourquoi ça fonctionne. Ça viendra bien, j’en suis certain, mais ce matin j’ai plutôt envie de vous parler des effets possibles d’une psychothérapie sur votre vie.

Je dis possibles parce qu’en débutant une psychothérapie, on ne sait jamais exactement à quoi elle va nous mener. Peut-être consulterez-vous pour une raison précise, une période de crise ou encore un malaise un peu flou. Vous serez alors au début du chemin. Il se peut que ce chemin se brouille, que nous arrivions à un embranchement, à un cul-de-sac ou même à un tout autre chemin. Ainsi, il arrive régulièrement qu’à l’heure des bilans, je regarde en arrière avec un client pour réaliser que nous avons abordé des thèmes bien différents de ceux pour lesquels nous avions commencé à nous rencontrer. Comme lorsque des épisodes de crise de panique révèlent une grande peur du futur ou que des difficultés relationnelles au travail nous amènent sur la piste complexe des premières relations d’attachement.

C’est ce chemin tortueux qui constitue la première vertu de la psychothérapie. Principalement parce que prendre le chemin, c’est arrêter de l’éviter. Avoir le courage de regarder à l’intérieur de soi pour explorer les émotions les plus douloureuses, pour réactiver des blessures du passé ou pour se mettre en contact avec des sensations physiques désagréables peut sembler contre-intuitif. C’est pourtant cet évitement des souvenirs, des émotions et des réactions du corps qui, à long-terme, finit par créer le plus de souffrance.

Les premiers pas sur un chemin, surtout s’il mène au sommet d’une montagne, sont donc parfois pénibles. Encore davantage si l’on manque d’entraînement. Le rythme cardiaque s’accélère, les muscles au repos se réactivent et on se surprend à souffler après quelques minutes en se demandant “pourquoi je fais ça, déjà?”

Puis on prend un rythme, régulier et légèrement en-dehors de notre zone de confort, et la progression devient plus intéressante. En découvrant de nouveaux endroits, en suivant ce chemin imprévu, l’effort physique devient un prétexte pour changer de perspective. Soudain, on quitte le couvert des arbres pour se retrouver face à une vision panoramique et 360 degrés de ce monde que l’on croyait si petit et immobile. “Eh bin, ça valait la peine”, se dit-on alors que tout cet espace devient disponible pour de nouvelles randonnées.

Les émotions difficiles nous figent et nous enlisent dans des répétitions aberrantes, comme si l’on suivait plutôt un chemin qui tourne en boucle et nous ramène au point de départ.

“Mes relations se terminent toujours de la même manière.”

“J’ai l’impression de m’auto-saboter.”

“On dirait que je suis toujours en colère.”

En explorant l’origine de ces répétitions et en trouvant progressivement de nouveaux chemins qui sortent de ce cercle sans fin, vous réaliserez peut-être que vos relations deviennent plus satisfaisantes et nourrissantes, que vous n’êtes plus condamné à vivre un seul scénario. Que les émotions qui prenaient autrefois toute la place à l’intérieur de vous sont devenues graduellement moins envahissantes, principalement parce que vous avez cessé de les éviter.

“Je l’ai rappelé et je lui ai dit que les relations me faisaient peur parce que j’ai souvent été blessée.”

“J’ai réalisé que j’étais jaloux parce que je doute de ma valeur personnelle”

“Ma colère me ramène à ma relation avec mon père, qui n’était jamais content de ce que je faisais”.

Mettre des mots sur ces états de votre corps et de votre esprit, aussi simpliste que cela puisse paraître, aura peut-être un effet libérateur.

“Ça me fait du bien de pleurer”.

“J’ai l’impression de mieux me comprendre”.

“Je recommence à avoir des projets, des rêves”.

Et soudainement, la vie a un peu plus de sens, de couleur et de saveur. Les signaux que vous envoient vos émotions sont mieux interprétés et permettent de vous orienter sur le chemin. L’étrange mélange de guide forestier et de compagnon de voyage qui vous accompagnait sans connaître la route exacte vous laissera avancer par vous-même, avec un sourire de satisfaction et des souvenirs uniques.